Ongoing project : Protection of wildlife by the Maasai, combining traditional knowledge and technology - Part.1 
In 2007, the community council of Rombo, a Maasai territory located in southern Kenya on the border with Tanzania, decided to devote almost a third of its territory to wildlife conservation by creating a conservation area. A few years later, Rombo Wildlife Conservancy Trust (RWCT) is founded to manage the conservation area and to enable the Maasai community to develop in harmony with its traditional culture and environment, a research camp is then created on the edge of the conservation area. The team members are all from the Maasai community of Rombo, with the exception of a French woman who has been helping the association financially and logistically since 2011. 
The research team tracks animals in the conservation area and lists all the wild animal species present on the territory, by collecting data using GPS coordinates, transcribed on paper then on computer. GPS data are also used to map the conservation area and the whole territory of Rombo because there is still no map of this territory. 
Moreover, in collaboration with Big Life Foundation, RWCT works to reduce human - wildlife conflicts. Team members regularly patrol with Big Life rangers, who are also from the Maasai community of Rombo, to fight against poaching, identify and attempt to resolve human-wildlife conflicts (predation on herds, destruction of crops…). RWCT has also put in place environmental educational programs in the schools of the territory of Rombo. In this way, the involvement of the local community in conservation work significantly helps to reduce human-wildlife conflict and to preserve the incredible wildlife diversity in Rombo.

La protection de la biodiversité par les Maasaï
En 2007, le conseil communautaire de Rombo, territoire Maasaï situé au sud du Kenya à la frontière avec la Tanzanie, décide de consacrer près d’un tiers de son territoire à la préservation de la faune sauvage en créant une zone de conservation. Quelques années plus tard, Rombo Wildlife Conservancy Trust (RWCT) est fondé pour assurer la gestion de la zone de conservation et pour permettre à la communauté Maasaï de se développer en harmonie avec sa culture traditionnelle et son environnement ; un camp de recherche est alors créé en bordure de la zone de conservation. Les membres de l’équipe sont tous issus de la communauté Maasaï de Rombo, à l’exception d’une française qui vient en aide à l’association depuis 2011.
L’équipe de recherche effectue un suivi des animaux dans la zone de conservation et recense l’ensemble des espèces animales sauvages présentes sur le territoire, en collectant des données à l’aide de relevés GPS, retranscrits sur papier puis sur informatique. Les relevés de données GPS servent également à cartographier la zone de conservation et l’ensemble du territoire de Rombo car il n’existe encore aucune carte de ce territoire.
De plus, en collaboration avec Big Life Foundation, qui a implanté un camp à proximité de celui de l’association, RWCT oeuvre à réduire les conflits hommes - animaux sauvages. Des membres de l’équipe patrouillent régulièrement avec les rangers de Big Life, eux aussi issus de la communauté Maasaï de Rombo, pour lutter contre le braconnage, recenser et tenter de résoudre les conflits hommes - faune sauvage (prédation sur les troupeaux, destruction de récoltes…). RWCT a également mis en place des programmes éducatifs liés à la préservation de l’environnement dans les écoles du territoire de Rombo. Les élèves sont alors sensibilisés dès leur plus jeune âge à l’importance de préserver la biodiversité dans leur pays et dans la région où ils vivent. Ainsi, l’implication de la communauté locale dans le travail de conservation aide considérablement à réduire les conflits hommes - faune sauvage et à préserver l’incroyable diversité de la faune sauvage sur le territoire de Rombo.
Vue sur la zone de conservation de Rombo
The research camp « Olowuaru camp » is located at the gates of the conservation area.
Munju, membre de Rombo Wildlife Conservancy Trust, a repéré des animaux, il cherche à voir quel est leur espèce, leur nombre, si il y a des mâles, des femelles, des bébés, ce qu’ils font et dans quelle direction ils vont.
Munju, member of Rombo Wildlife Conservancy Trust, spotted animals, he tries to see what are their species, their number, if there are males, females, babies, what they do and in which direction they go.
Patrol in the bush with anti-poaching rangers from Big Life Foundation and a member of the association. When they patrol on foot, rangers sometimes do a work similar to the one of the association, here a group of wild animals has been spotted and a ranger enters the GPS coordinates.
The relative tranquility lions and big cats now benefit in the conservation area allows to note a return of these species, who pass through the territory of Rombo to migrate between the national parks of Amboseli and Tsavo.
GPS coordinates are used to identify where one or some wildlife species have been observed. GPS data are also used to map the conservation area and the whole Rombo territory with topographical or anthropological data : river, roads, schools, water points, etc.
Collaboration with Big Life Foundation
An elephant in Amboseli National Park, a few kilometers from Kilimanjaro. The territory of Rombo lying between the national parks of Amboseli and Tsavo, elephants, like other species, pass through Rombo to migrate between these two national parks.

View of the Rombo Conservation Area

The camp is not connected to an electrical system, electricity comes from a solar panel installed on the roof of the kitchen, it allows to light the kitchen and the main tent, but also to charge any type of electronic device (computer, mobile phone, batteries of the gps and walkie talkie ...).

To go to a place in the conservation area too far from the camp, members of the association use a motorcycle.

Outside the camp there is no telephone network, so team members communicate using a walkie talkie.
Patrol in the conservation area in collaboration with anti-poaching rangers. Members of RWCT and rangers of the Big Life camp know each other very well, most of them are from Rombo Maasai community and some have grown up together.
In the last 50 years, an estimated 50% of lions have disappeared and lions now occupy only 8% of their historical range in Africa. The estimated numbers of lions across African are approximately 20,000. In Kenya, the national population now numbers less than 2,000 individuals compared to 30,000 in the 1970s. At current rates of decline, the species could become extinct here within the next two decades. This reduction in lion numbers is primarily due to habitat loss and conflict with humans, typically when lions kill people’s livestock. Especially as killing a lion is also an ancestral practice allowing young Moran (Maasai warriors) to prove their virility. Now this practice has almost disappeared and some Maasai warriors use their knowledge to help preserve these lions, like the members of RWCT and Big Life who are mostly former Morans.
Elephants live as long as humans do and have many things in common with us. They live in socially complex family units. They take care of their young like we do, nurture and reassure them into their teens. They have close family ties and mourn their dead. When one spends time watching elephants, it becomes undeniable that they have an awe-striking intelligence.
All of the data collected are marked on a notebook during trips to the conservation area. RWCT is a small association, Munju Muteleu and Muturi Kuyan are only two in the field doing all this research work.
The entirety of these data are then compiled, checked and transcribed once to twice a week on observation sheets.

These observation sheets are then recorded on computer, allowing their analysis.

The association also supports Rombo women's associations by promoting their activities and material and financial support for their development. Especially through the promotion of traditional Maasai jewelry: bracelets, necklaces, key rings and earrings that the women of the group makes. For example the association has created a website to sell these jewelry. The money from these sales allows the group to finance new projects like the purchase of a goat, equipment or other things. It can also be shared among the members of the group if particular difficulties occur at that time (drought, back to school, etc.).
Rombo Wildlife Conservancy Trust has set up educational programs related to the preservation of the environment in schools of the territory of Rombo.
As a result, students are sensitized from an early age of the importance of preserving biodiversity in their country and in the region where they live.
The biggest threat to elephants is the illegal trade in ivory. A recent report estimates that 30% (about 144,000 elephants) were killed for their ivory between 2007-2014. Although the trade in ivory has been illegal since 1989, one-off sales of stockpiled ivory have accelerated demand. In 1979 there were just 1.3 million left, today approximately 450,000 survive in the wild.
As the human population expands, the incredible diversity of wildlife is threatened in Kenya, as it is everywhere in the world. But in Kenya and especially in the Maasai territories, through protected areas, national parks, safe migration corridors, the involvement of local communities with their traditional knowledge and the help of technology, the preservation of biodiversity is on the right track.
Informations complémentaires en français :
En quelques décennies, les trois quarts des lions ont disparu d'Afrique, réduisant leur nombre à 20 000. Au Kenya, il ne reste qu'environ 2 000 lions contre 30 000 dans les années 1970. Les attaques de bétail par les félins ont amené les hommes à les pourchasser. D'autant plus que tuer un lion est aussi une pratique ancestrale permettant aux jeunes Morans (guerriers Maasai) de prouver leur virilité. Désormais cette pratique a presque disparue et certains guerriers Maasaï se servent de leurs connaissances pour aider à la préservation de ces fauves, comme les membres de RWCT et de Big Life qui sont pour la plupart d’anciens Morans. La relative tranquillité dont bénéficient dorénavant les lions et les grands fauves dans la zone de conservation permet de constater un retour de ces espèces, qui passent par le territoire de Rombo pour migrer entre les parcs nationaux d’Amboseli et de Tsavo. 
Pour aider à résoudre les conflits hommes - animaux : lorsque’un félin tue une chèvre ou un animal d’élevage, qu’un éléphant détruit des plantations, Big Life Foundation donne de l’argent à l’éleveur en compensation des pertes subies, pour éviter les représailles envers les animaux.
Le territoire de Rombo se trouvant entre les parcs nationaux d’Amboseli et de Tsavo, les éléphants, comme d’autres espèces, passent par Rombo pour migrer entre ces deux parcs nationaux. Le commerce illégal de l'ivoire est la plus grande menace pour les éléphants. Un rapport récent estime que 30% (environ 144 000 éléphants) ont été tués pour leur ivoire entre 2007 et 2014. Bien que le commerce de l'ivoire soit illégal depuis 1989, il continue sur le marché noir. En 1979, il restait encore 1,3 million d’éléphants, aujourd’hui il n’en reste plus que 450 000.
Les girafes font désormais partie des espèces en voie de disparition : en trente ans, le nombre de girafe a baissé de 40% selon l'Union internationale pour la conservation de la nature. En 1985, on recensait 155 000 girafes vivantes, en 2015, il n'en restait plus que 97 500. Bien que protégées dans plusieurs pays d'Afrique, elles sont illégalement chassées pour leur viande et braconnées pour leurs peaux dans les zones de conflits. Mais la principale menace reste liée au développement économique. Des activités qui entraînent une déforestation importante, et sans forêt, les girafes ne peuvent survivre.
Autres informations sur le travail de l’association :
Rombo Wildlife Conservancy Trust apporte également un soutien aux associations de femmes de Rombo par la promotion de leurs activités et l’aide matérielle et financière à leur développement, notamment par la promotion de bijoux traditionnels Maasai : bracelets, colliers, porte-clés et autres boucles d’oreilles que les femmes du groupe fabriquent. Par exemple l’association a créé un site internet pour vendre les bijoux fabriqués. L’argent de ces ventes permet au groupe de pouvoir financer de nouveaux projets tels que l’achat d’une chèvre, de matériel ou autre. Il peut également être partagé entre les membres du groupe si des difficultés particulières surviennent à ce moment-là (sécheresse, rentrée scolaire, etc.). 
La vie sur le camp : 
- Le camp n’est pas relié à un réseau électrique, l’électricité provient d’un panneau solaire installé sur le toit de la cuisine, il permet d’éclairer la cuisine et la tente principale, mais aussi de charger n’importe quel type d’appareil électronique (ordinateur, téléphone portable, piles du gps et du talkie walkie…). 
- En dehors du camp il n’y a pas de réseau téléphonique, les membres de l’équipe communiquent alors à l’aide de talkie walkie. 
- Pour aller dans un endroit de la zone de conservation trop éloignée du camp, les membres de l’association utilisent une moto.
Les coordonnées GPS sont utilisées pour relever à quel endroit une ou des espèces sauvages ont été observées. Toutes les informations récoltées sont marquées sur un cahier lors des sorties dans la zone de conservation. RWCT est une petite association, Munju Muteleu et Muturi Kuyan ne sont que deux sur le terrain pour effectuer tout ce travail de recherche. L’ensemble de ces données sont ensuite mises en commun, vérifiées et retranscrites une à deux fois par semaine sur des fiches d’observation. Elles sont ensuite enregistrées sur informatique, permettant ainsi leur analyse. Elles servent également à cartographier la zone de conservation et l’ensemble du territoire de Rombo avec des données topographiques ou anthropiques : rivière, routes, écoles, points d’eau etc. La cartographie du territoire est sur le point d’être terminée et une carte va bientôt voir le jour.
Au fur et à mesure que la population humaine s’étend, l’incroyable diversité de la faune sauvage est menacée au Kenya, comme partout dans le monde. Selon les scientifiques et le dernier rapport de l’ONU nous assistons au début de la 6ème "extinction de masse". Néanmoins, au Kenya et plus particulièrement dans les territoires Maasaï, grâce à des zones protégées, des parcs nationaux, des couloirs de migration sûrs et l’implication des communautés locales, la préservation de la biodiversité est sur la bonne voie.     
© 2019 ANTOINE ARFAOUI

You may also like

Back to Top